Bitcoin Forum
January 17, 2020, 09:19:34 PM *
News: Latest Bitcoin Core release: 0.19.0.1 [Torrent]
 
   Home   Help Search Login Register More  
Pages: [1]
  Print  
Author Topic: Qu'est-ce qu'un contrat Future en Bitcoin et comment ça fonctionne?  (Read 119 times)
djun123
Jr. Member
*
Offline Offline

Activity: 38
Merit: 1


View Profile
February 23, 2018, 10:57:13 PM
Last edit: February 27, 2018, 07:32:31 PM by djun123
Merited by Rocou (1)
 #1

Décembre 2017 a marqué l’entrée en vigueur des premiers contrats futures portant sur le Bitcoin. Un « future » (ou un « contrat à terme » en français) est un produit financier dérivé, c’est-à-dire qu’il dépend d’un actif sous-jacent (ici le Bitcoin). C’est un accord standardisé qui permet d’acheter/vendre un actif ou une commodité spécifique à une date future (dite date d’exécution ou date d’expiration) et à un prix fixé à l’avance. En achetant un contrat future, un investisseur s’engage à acheter/vendre l’actif concerné (ici le Bitcoin) au prix stipulé par le contrat, indépendamment du prix du marché le jour de la date d’exécution.

Pourquoi avoir recours à un future ?
Techniquement, l’utilité d’un contrat future n’est pas nécessairement de réaliser un profit mais plutôt d’offrir un outil de management du risque (les deux notions ne sont cependant pas mutuellement exclusives et il est tout à fait possible de faire de gros gains grâce à un future). C’est un outil particulièrement utile dans les marchés avec de fortes fluctuations de prix car il permet de « stabiliser » les perspectives des différents acteurs du marché en leur permettant de prévenir le risque lié aux changements de prix rapides (pratique appelée le « hedging » en anglais). Ces contrats sont échangés sur un Future exchange qui sert d’intermédiaire entre l’acheteur et le vendeur.

Précision technique : quelle est la différence entre un future, un forward, et une option (call ou put) ?
Il y a en vérité des différences marquées entre tous ces produits dérivés financiers.
Le future est un contrat standardisé portant sur une quantité précise règlementée (on peut par exemple acheter 20 contrats de 5 Bitcoins chacun, pour un total de 100 BTC), qui s’échangent grâce à une clearing house agissant comme un intermédiaire, assurant ainsi une grande liquidité (cela rend le marché très fluide, ce qui signifie qu’il n’est pas difficile d’acheter ou de vendre un contrat).
Un forward quant à lui est un contrat négocié de particulier à particulier, peu régulé, et dont la quantité est spécifiée par les parties engagées. En somme, un contrat forward est plus malléable mais également beaucoup moins liquide qu’un contrat future.
Enfin, le future est différent d’une option (put ou call) en cela qu’il représente une obligation d’acheter ou de vendre à la date d’expiration tandis que l’option est comme son nom l’indique, une simple option d’achat ou de vente de l’actif sous-jacent.

Comment fonctionne un contrat future ?
Comme pour beaucoup d’autres produits financiers, le future offre deux directions possibles : long et short. Un investisseur prenant une position « long » (position longue) donne son accord pour acheter un actif à un prix spécifique à une date pré-spécifiée dans le contrat (cf : la date d’exécution). A l’inverse, un investisseur prenant une position « short » (position courte) vendra l’actif objet du contrat au prix déterminé par le contrat, à la date d’exécution.
En d’autres termes, le long et le short sont les deux côtés d’un même contrat et permettent à l’acheteur comme au vendeur de déterminer à l’avance le prix de leur transaction. Pour plus de précision sachez que, comme indiqué plus haut, l’acheteur et le vendeur n’interagissent pas directement l’un avec l’autre mais passent par un intermédiaire, la clearing house

Quel est l’intérêt d’avoir des prix déterminés à l’avance ?
Pour mieux comprendre, tournons-nous vers le marché des commodités car celui-ci est très friand de contrat futures, et prenons l’exemple d’un groupe d’agriculteurs producteurs de blé et d’une entreprise de grande distribution.
Un de nos petits producteurs de blé souhaite vendre sa production de 230 tonnes de blé a un rythme régulier chaque mois. Ainsi, chaque mois notre agriculteur short deux contrats future de 100 tonnes de blé chacun auprès de la clearing house (rappelez-vous que le future est un contrat standardisé et donc que la quantité est fixée par l’échange sur lequel le future est listé. Ici, un contrat représente 100 tonnes de blé obligeant l’agriculteur à vendre 200 tonnes, le multiple le plus proche de sa production). D’autres petits producteurs de blé aux quatre coins du pays effectuent le même calcul et shortent donc un ou plusieurs contrats chaque mois assurant un certain volume d’offre dont la valeur totale est évaluée dans cet exemple à 1,200 tonnes soit 12 contrats.
De l’autre côté de l’équation, notre entreprise de grande distribution qui est un important acteur du marché souhaite également stabiliser ses paiements chaque mois et ne pas être soumise aux vives fluctuations des prix du blé. Ainsi, notre gros distributeur prend une position long sur 12 contrats futures de blé, c’est-à-dire qu’il accepte d’acheter 12x100 = 1,200 tonnes de blé à la fin du mois, au prix défini par le future

Fonctionnement d'un contrat Future
Ultimement, les comptes des acheteurs et vendeurs aux quatre coins de la planète sont débités/crédités le jour de la date d’exécution du contrat. Ce jour-là, si le prix du blé est supérieur à celui défini dans le contrat, notre agriculteur prend une perte (il aurait pu vendre pour plus cher s’il n’avait pas pris de position short en future) et le distributeur réalise un gain. A l’inverse, les mois ou le prix du marché le jour de la date d’exécution est inférieur à celui stipulé dans le contrat future, l’agriculteur réalise un gain et le distributeur prend sa perte.
Dans notre exemple ci-dessus, l’agriculteur comme le distributeur se moquent de savoir s’ils ont réalisé un gain ou une perte sur le contrat du mois car ce qui les intéressent est de stabiliser leurs paiements. En effet, le timing des rentrées/sorties d’argent est critique pour toute entreprise et beaucoup acceptent volontiers de gagner/perdre de l’argent d’un mois à l’autre s’ils gagnent en visibilité.

Les producteurs et acheteurs sont-ils les seuls acteurs impliqués dans l’achat et la vente de futures ?
Evidemment non ! Les personnes intéressées par les contrats futures ne sont pas uniquement des acteurs ayant une activité régulière et souhaitant stabiliser le montant de leur paiement chaque mois. En effet, les contrats futures sont aussi très prisés des spéculateurs. Il est vrai que la nature même du contrat future avec sa date d’exécution et son prix fixe se prête très bien à la spéculation et au pari.

Ainsi, à bien y réfléchir acheter ou vendre un contrat future peut être vu comme un pari direct sur le cours à venir d’un actif. Poursuivant l’exemple précédent, imaginons un contrat future stipulant un prix de $20,000, soit $200 la tonne (rappelons qu’un contrat future vaut pour 100 tonnes). Concrètement, un spéculateur convaincu que le prix sera inferieur a $200/tonne le jour de la date d’exécution prend une position short sur le contrat. Cela signifie qu’il promet de vendre 100 tonnes de blé (qu’il ne possède pas nécessairement) à $20,000.
Notez que le contrat future lui-même est échangeable jusqu’à la date d’exécution et que le prix de ce contrat fluctue avec le prix du marché de l’actif sous-jacent. Ainsi, si le spéculateur a le nez creux et que le cours du blé (et donc celui du contrat future portant sur le blé) tombe à mesure que l’on s’approche de la date d’expiration, le spéculateur peut simplement racheter un autre contrat future, c’est-à-dire compenser sa position short initiale par une position long équivalente maintenant que le prix du contrat a chuté, « clôturant » ainsi sa position tout en réalisant un profit. Par exemple, la veille de la date d’exécution, si prix du marché de la tonne de blé est à $180, il ne lui reste plus qu’à acheter un future a $18,000 pour faire un profit de $2,000!

Mais alors si l’on est un spéculateur, quelle est la différence entre acheter un contrat future et acheter un actif (ou une action) directement ?
Pour ce type d’exercice (la spéculation), il est plus simple d’utiliser un contrat future. Les contrats sont standardisés, et surtout l’utilisation de margin (c’est-à-dire le recours à l’emprunt pour magnifier sa position) est bien plus simple. Ainsi, techniquement en achetant un future vous ne payez très souvent qu’une fraction du prix de l’actif sous-jacent (20% est très commun, le reste étant du le jour de la date d’expiration) permettant de jouer sur de gros volumes.
En outre, prendre une position short est bien plus simple qu’avec une action traditionnelle (pour toute une série de raisons incluant le fait que shorter une action requiert d’ouvrir un compte avec un broker et de maintenir suffisamment de fonds dessus pour soutenir sa position ce qui amplifie les coûts).

Est-il légal pour les spéculateurs de s’emparer de ce marché ? Pourquoi spéculer n’est-il tout simplement pas interdit ?
Les spéculateurs ont mauvaise réputation dans l’opinion publique et sont souvent perçus comme des parasites.

En revanche, Il est tout à fait légal de spéculer, y compris sur les commodités. En effet, le marché a « besoin » de spéculateurs pour être fluide. En effet, s’il est facile d’acheter et de vendre un future, c’est parce qu’il y a une offre et une demande importante. Les spéculateurs font partie intégrante de ce cycle et apportent de la liquidité au marché qui serait beaucoup plus sec sans leur présence (comprenez qu’il serait plus compliqué de faire des échanges et aussi plus coûteux).
De plus, tenter de les bannir requerrait de définir avec exactitude la définition d’un spéculateur au sein d’un marché précis, ce qui constitue un acte de spéculation (plus complexe qu’il n’y parait), ainsi que de créer un département pour imposer et manager ces restrictions. Inutile de préciser que tout cela serait onéreux et serait reflété directement dans les coûts de transactions.
Enfin, les spéculateurs jouent un rôle certain dans la découverte des prix. En effet, lorsque le spéculateur place un pari avec son argent, croyez-moi, son but n’est pas de perdre ! Ainsi, les spéculateurs placent leur « paris » en connaissance de cause et sont souvent parmi les acteurs les mieux informés du marché. Par conséquent, un afflux massif de spéculateurs prenant une position short indique surement qu’un actif est surévalué (du moins temporairement), et la pression exercée sur le prix permet ainsi de ramener l’actif vers sa « vraie valeur ».

Comment fonctionne un contrat future en Bitcoins ? Son fonctionnement est-il similaire à celui décrit pour le marché des commodités ?
Le fonctionnement d’un future en Bitcoin est similaire en tout point à celui d’une commodité. En effet, les contrats futures ne sont pas réservés qu’aux actifs physiques et sont tout aussi applicables aux actifs financiers, ce qui inclue les crypto-monnaies.

Où et comment peut-on acheter un contrat future portant sur le Bitcoin ?
Les futures pour Bitcoin sont échangeables depuis décembre dernier sur deux marchés publics, à savoir le Chicago Board Option Exchange (CBOE) et le Chicago Mercantile Exchange (CME) aux Etats-Unis. Notez qu’un contrat future échangé sur le CBOE représente 1 bitcoin alors qu’un contrat future échange sur le CME représente 5 bitcoins.

Quels effets pour le marché du Bitcoin ? Cela va-t-il affecter son prix à long terme ?
Premièrement, nous savons que le marché des crypto-monnaies est hautement spéculatif, et l’introduction d’un outil permettant de « prendre un pari » pour ainsi dire devrait vraisemblablement favoriser la continuation de cette tendance.

Deuxièmement, à l’instar de notre exemple concernant le marché du blé, l’introduction de contrat futures va permettre à ces investisseurs de placer un pari sur le Bitcoin sans pour autant posséder un Bitcoin. Ce deuxième point peut paraitre assez ironique lorsque l’on réalise que l’investisseur peut parier sans posséder un actif qui est par définition lui-même immatériel, mais il prend toute son importance si l’on considère le fait que de nombreux pays ont récemment banni l’échange et la possession de crypto-monnaie.
L’introduction d’un outil comme les contrats futures permet de spéculer directement sur le Bitcoin de manière tout à fait légale, sans pour autant posséder ladite crypto-monnaie, ce qui d’un point de vue technique légal peut rendre la chose attractive pour les ressortissants des pays concernés par les mesures anti crypto-monnaies. Rappelons par exemple que la Corée du Sud, l’un des premiers pays à prendre des mesures anti Bitcoin représente à elle seule environ 12% du volume des échanges en Bitcoin mondial.

Troisièmement, cette introduction des futures peut aussi potentiellement rassurer certains investisseurs. En effet, si l’absence totale de régulation des crypto-marchés est très attirante pour les crypto-enthousiastes de la première heure, elle constitue cependant un frein à l’arrivée de nouveaux investisseurs curieux vis-à-vis du phénomène Bitcoin, mais plus conservateurs.
Ainsi, Je note que le jour de l’introduction de ces contrats futures, le prix du Bitcoin a instantanément pris 10% suggérant un optimisme des investisseurs.
En outre, la possibilité de « shorter » le Bitcoin, une pratique très commune dans tous les marchés financiers traditionnels mais jusque-là impossible dans l’univers des crypto-monnaies, apporte un nouvel outil pouvant aider la progression du Bitcoin. Les théoriciens de l’efficience des marchés argue que ce nouvel outil permettra de faire pression à la baisse en cas d’enflammée irrationnelle des prix et ainsi ramener le prix du Bticoin vers sa « vraie valeur ».

Enfin, cela devrait avant tout favoriser la liquidité du marché. L’arrivée de futures marque le premier contact entre l’univers des crypto-monnaies et celui de la finance traditionnelle. Cela signifie plus d’investisseurs potentiels car ces marchés disposent maintenant d’un outil pour accéder au Bitcoin, et surtout la possibilité de voir arriver des sommes d’argent très larges en provenance des investisseurs institutionnels (type hedge funds et dans un second temps fond de pensions).
Comprenez que comme tout marché, celui du Bitcoin est la résultante de deux forces : l’offre et la demande. Elargir la base d’investisseurs potentiels en incluant les mastodontes aux poches profondes tend à pointer vers une liquidité accrue, et par conséquent devrait en toute logique avoir un effet à long terme positif sur le prix. Notez bien cependant que ceci n’est que l’une des forces en présence. La multiplicité des acteurs ainsi que l’inconnu propre au marché du Bitcoin peuvent mettre à mal la précision de toute forme de prédiction.

Y aura-t-il un effet de résonnance sur les autres crypto-monnaies ?
Difficile à dire. Le scenario le plus probable est celui d’une position attentiste suivie d’une prise de décision en fonction des premiers résultats. Si le prix du Bitcoin est catapulté à la hausse ou même stabilisé de par l’introduction de ces futures, il y a fort à parier que les autres crypto-monnaies majeures comme Ethereum (ETH), Litecoin (LTC) ou Ripple (XRP) songent franchir le pas elles-aussi.
1579295974
Hero Member
*
Offline Offline

Posts: 1579295974

View Profile Personal Message (Offline)

Ignore
1579295974
Reply with quote  #2

1579295974
Report to moderator
1579295974
Hero Member
*
Offline Offline

Posts: 1579295974

View Profile Personal Message (Offline)

Ignore
1579295974
Reply with quote  #2

1579295974
Report to moderator
1579295974
Hero Member
*
Offline Offline

Posts: 1579295974

View Profile Personal Message (Offline)

Ignore
1579295974
Reply with quote  #2

1579295974
Report to moderator
Advertised sites are not endorsed by the Bitcoin Forum. They may be unsafe, untrustworthy, or illegal in your jurisdiction. Advertise here.
Tothemoon77
Newbie
*
Offline Offline

Activity: 21
Merit: 0


View Profile
February 26, 2018, 10:44:09 AM
 #2

Super intéressant ce post , merci l'auteur  Wink
djun123
Jr. Member
*
Offline Offline

Activity: 38
Merit: 1


View Profile
February 26, 2018, 11:46:15 AM
 #3

Super intéressant ce post , merci l'auteur  Wink
Derien, très peu de personnes connaissent cet instrument financier.
Rocou
Legendary
*
Offline Offline

Activity: 2016
Merit: 1065


View Profile
February 26, 2018, 12:35:20 PM
 #4

Mort de rire  Cheesy
Le mec qui s'auto-répond.
djun123
Jr. Member
*
Offline Offline

Activity: 38
Merit: 1


View Profile
February 26, 2018, 11:02:57 PM
 #5

Mort de rire  Cheesy
Le mec qui s'auto-répond.
  Grin Grin Grin
superresistant
Legendary
*
Offline Offline

Activity: 2044
Merit: 1095



View Profile
February 27, 2018, 01:34:39 PM
 #6

 
C'est très complet, pas mal du tout.



Les traders pros BTC/USD ne tradent quasiment que du future.
Gambit_fr
Full Member
***
Offline Offline

Activity: 280
Merit: 110


View Profile
February 27, 2018, 06:56:53 PM
 #7

Ce serait pas mal de citer ces sources quand on pompe quelque chose sur le net!
Sinon, ça s'appelle du vol/plagiat...
http://lerouroudelafinance.blogspot.fr/2018/02/FutureBitcoin.html
Amstellodamois
Newbie
*
Offline Offline

Activity: 182
Merit: 0


View Profile
February 28, 2018, 01:53:36 PM
 #8

Bravo si tu es l'auteur, zéro si t'as cru intelligent de faire un copier-coller.
Pages: [1]
  Print  
 
Jump to:  

Sponsored by , a Bitcoin-accepting VPN.
Powered by MySQL Powered by PHP Powered by SMF 1.1.19 | SMF © 2006-2009, Simple Machines Valid XHTML 1.0! Valid CSS!